Une balade à la découverte des Narces de la Sauvetat

Dans la Haute-Loire - A la découverte des étonnantes Narces de la Sauvetat

 

Une vue partielle du cratère des Narces de la Sauvetat

Une vue du cratère des narces, depuis le belvérère proche du hameau de la Sauvetat

 

Département aux paysages étonnants, durant 5 à 6 millions d'années la Haute-Loire a été marquée par une intense activité volcanique. Sur la commune de Landos, les "Narces de la Sauvetat" sont l'un des témoignages de ce passé mouvementé. Pour vous, nous sommes allés à la découverte de ce site naturel réhabilité et protégé.

Nichées au coeur d'un maar d'explosion, les Narces de la Sauvetat sont situées à environ 24 kms au sud du Puy-en-Velay. Depuis la RN88, le parking et le belvédère du site se trouvent derrière la station service du hameau de la Sauvetat. Au départ du belvédère, plusieurs parcours, allant de trois à cinq kilomètres, sont proposés aux amoureux de la marche. Labelissé Tourisme et Handicap, un modeste parcours de cinq cent mètres a également été aménagé pour les handicapés. Depuis la plate-forme d'observation du cratère, nous apercevons au loin le majestueux mont Mézenc et sa zone naturelle. Plus proche de nous, à droite, le mont Burel et ses 1226 mètres dominent le cratère d'explosion ou maar des Narces.

 

 

La tourbière désormais protégée des Narces de la Sauvetat

Un temps exploitée, la tourbière, des Narces, est désormais protégée

 

Une tourbière faisant le bonheur des oiseaux et amphibiens

 

Classées Espaces Naturels Sensibles, ces Narces correspondent à des mares, à un marécage et une tourbière présents dans le cratère. Riches en biodiversité, marécage et tourbière sont un réservoir d’eau douce aux sources du ruisseau des Fouragettes.

Un temps exploitée pour sa tourbe, la tourbière a été ensuite dissimulée par la pousse de végétaux. Désormais, elle fait le bonheur des oiseaux (héron, bruant, etc.), des poissons, des insectes comme les libellules, des amphibiens, mais aussi des mammifères comme la loutre d'Europe.

Elle abrite, en outre, des espèces végétales typiques des milieux tourbeux montagnards comme l’Oeillet superbe. Créée le long d'un passage couvert, une mare permet d'observer des végétaux et des insectes d'eau.

 

 

Au départ des différents sentiers, du cratère, nous découvrons une étonnante table d'orientation en métal et en relief. Cette table, permet surtout de visualiser les secteurs immergés du site et les trois boucles possibles de promenade.

A proximité de la zone humide, a été érigé un imposant tumulus végétalisé et traversé par le petit chemin de promenade.

Symbolisant un dôme volcanique, il rappelle, d'autre part, certaines sépultures des êtres humains de la préhistoire. Sur le plateau du Devès environnant, nos lointains ancêtres auraient, justement, érigés des tumulus pour leurs défunts

Les eaux sombres des Narces, abritent entre autres le Triton alpestre, la Grenouille rousse, le Crapaud calamite.

 

La table d'orientation en métal des Narces de la Sauvetat

Au coeur du cratère, la table d'orientation installée au départ des sentiers

 

 

 

Le tumulus agréablement végétalisé des Narces

Végétalisé, le tumulus symbolisant une sépulture préhistorique

 

Milan royal, Buse variable..., cohabitent avec vaches et chevaux

 

Tourbière et mares, sont "cernées" par les champs, les prairies de fauche ou/et de pâture des derniers éleveurs locaux. Vaches et chevaux, pâturent des prairies bocagères et s'abritent du soleil, du vent, auprès de noisetiers et frênes.

Certaines parcelles agricoles, sont encore délimitées par des murets de pierres prélevées sur une vaste zone d’éboulis. Un éboulis, né de l'érosion (gel, dégel) de la roche lors des épisodes glaciaires et interglaciaires du quaternaire.

Le longs des pentes du cratère, les rapaces profitent des ascendances thermiques aux heures ensoleillées de la journée. Milan royal, Buse variable et autre Bondrée apivore, nous offrent alors un spectable fascinant et grandiose.

Les Narces de la Sauvetat, sont alimentées en eaux par entre autres huit sources dont celle captée et nommée du Terron.

 

 

Grâce à ce captage, un abreuvoir et un lavoir ont été par le passé aménagés en faveur des villageois de La Sauvetat. Aujourd'hui, les éleveurs remplissent à cette source leurs tonnes à eau pour abreuver leurs animaux au pâturage.

Sous la houlette du département, de 2011 à 2014, les Narces ont bénéficié d'une remarquable restauration écologique. La commune de Landos, s'est impliquée dans le projet aux côtés des TPE/PME sollicitées pour les travaux.

La Ligue de Protection des Oiseaux (LPO), a également contribué à la réussite de cette réhabilitation en apportant son expertise.

 

Reportage J-F Rivière (texte, photos) - Des Campagnes Vivantes. ©

 

Pour aller plus loin :

d'autres informations sur le site du département de la Haute-Loire ;

une plaquette sur les Espaces Naturels Sensibles  ; le mont Mézenc ;

la commune de Landos

 

Le grand marais des Narces de la Sauvetat

Le grand marais des Narces et son chemin aménagé en bois

 

L'entrée, le belvédère et un plan avec une vue aérienne des sentiers du cratère

Chevaux et vaches allaitantes, une agriculture encore vivante

Un volcan endormi, depuis bien longtemps, avec "tous ses éléments"

Quelques chiffres clés et un plan d'accès aux Narces de la Sauvetat

 

Soixante hectares d'espaces protégés.

Cinq entreprises (Vacher, Pic Bois...), concernées par les travaux d'aménagement.

Trois boucles de promenade, aménagées au coeur et autour du cratère du Volcan.

Onze haltes d'observation (Source du Terron, Tumulus...), des milieux à découvrir.

Montant des investissements (FEADER, département...) : environ 550 000 € H.T.

 

  • 2 votes. Moyenne 4.5 sur 5.

Commentaires

  • Riviere Celine

    1 Riviere Celine Le 2016-11-20

    Bravo pour cet article riche, pleins d'infos et de très belles photos.

Ajouter un commentaire