Le réveil de la France oubliée - Un livre d'A. Cortes

Le réveil de la France oubliée - Un livre d'Anthony Cortes

 

Le réveil de la France oubliée, la couverture du livre

 

Des commerces à l'abandon, des services publics fermés, des agriculteurs de moins en moins nombreux et en souffrance, des retraités souvent isolés, une jeunesse rare et désoeuvrée, l'image de nos campagnes et de ses habitant-e-s parfois véhiculée par certains médias n'est pas folichonne. Pourtant, dans nos villages et hameaux la réalité est souvent plus nuancée comme le montre Anthony Cortes au fil des pages de son livre-enquête "Le réveil de la France oubliée". Afin d'enquêter sur cette France dite "périphérique", recoupant souvent celle des Gilets Jaunes, le jeune homme a rencontré des hommes et des femmes, élus locaux, agriculteurs, commerçants ... et simples citoyen-n-es, déterminés à faire vivre leurs campagnes proches. Parmi ces ruraux enthousiastes et imaginatifs citons notamment Jean Vogel.

Ex-maire de la commune de Saâles, un gros bourg du Bas-Rhin, Jean Vogel a "réinventé sa bourgade en misant sur la qualité de vie, le paysage, le bien-manger et la solidarité." Sous la mandature de cet élu volontariste ont émergé entre autres : un verger, une laiterie, une bibliothèque, une boulangerie bio, un marché de producteurs (vins, miel, fromages, volailles ...). A Pousthomy, petit village du sud de l'Aveyron, Anthony s'est entretenue avec Yvan, Yvette, Pierrette, Claudine et a découvert un verger conservatoire, le pressage des pommes et surtout les trois jours de fête organisés chaque fin août. Ainsi, dans de nombreux territoires ruraux et semi-ruraux, souvent ignorés par les grandes métropoles, des initiatives variées portées par des "campagnards", les pieds solidement ancrés dans leurs territoires, émergent.

Des ruraux disposés à s'investir dans des domaines variés

Au programme de ces ruraux éclairés : favoriser les circuits-courts, créer des services ambulants (alimentaires, médicaux, culturels), reprendre en commun des petits commerces, des écoles primaires, imaginer des "Campus ruraux" à destination des jeunes ruraux porteurs de projets novateurs, investir les réseaux sociaux pour échanger entre villageois et futurs villageois, conquérir parfois la mairie pour "faire bouger les choses". Des chapitres les plus éclairants, de l'ouvrage d'Anthony Cortes, citons : "Une démocratie locale secouée", "Un fort potentiel économique", "Ranimer un lien social fragilisé", "Mobilisation générale", "Une jeunesse en mouvement".

Plaisant à lire, "Le réveil de la France oublié" s'adresse à un lectorat sensible au devenir de nos campagnes et à leurs habitant-e-s dans un contexte de crises nationales et internationales multiples (démocratique, écologique, sanitaire, sécuritaire ...). Un contexte, favorable au départ d'un nombre croissant d'urbains vers les territoires ruraux vus comme des espaces plus rassurants. Ecrit dans un style "journalistique" enlevé, ce livre donne un éclairage inédit sur cette France rurale toujours debout malgré les difficultés et riche de ressources, d'initiatives susceptibles de redonner vie à nombre de nos villages.

Notre seul regret, à la lecture de cet ouvrage dans l'air du temps, est l'absence de quelques pages présentant brièvement des réseaux, associations comme les Associations pour le maintien d'une agriculture paysanne (Amap), le Réseau français des écovillages, la Fédération Nationale des Marchés de France, contribuant à faire vivre nos campagnes.

Le réveil de la France oubliée - Anthony Cortes - Editions du Rocher - Prix 14, 90 € - 165 pages.

 

Pour aller plus loin :

Site : https://www.editionsdurocher.fr ; La page d'Anthony Cortes sur Linkedin ;

"La France et ses territoires", une étude de l'Insee

 

Au sujet de l'auteur

Originaire d'un village des Pyrénées-Orientales, Anthony Cortes est journaliste au magazine papier Marianne. Avant l'écriture du présent ouvrage, il a traité plusieurs fois de sujets sur le thème du monde rural et de nos campagnes. Citons quelques-uns de ces articles et reportages : "Départementales : retour à Quirbajou, 50 habitants, qui avait plébiscité Mélenchon en 2017" ; "Aurillac, capitale de la formation très haubt débit" , "La gare des Cabrils, dans l'Hérault : voyage dans la gare la plus désertée de France".

Une interview d'Anthony Cortes par France Télévision

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire